Temps de lecture estimé: 7 min.

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me
Instagram
LinkedIn
Share

Vous est-il déjà arrivé que quelque chose ne tourne pas rond avec l’herbe que vous fumez ? Que vos fleurs n’ont pas bonne mine ? Qu’elles sentent peu ou rien du tout ?

Votre bud à l’aspect étrange pourrait être sous stéroïdes végétaux toxiques. Si votre herbe vous donne mal à la tête ou vous provoque des effets vraiment désagréable, il est important de se poser la question car le chanvre cultivé à l’aide de certains Boosters végétaux est cancérigène pour le corps humain.

Exemple d'herbes cultivées sous PGR de u/josh2k44 sur /r/Ausents

Le chanvre cultivé avec des régulateurs / retardateurs de croissance (PGR) se retrouve principalement sur le marché noir du cannabis illicite mais certains producteurs de CBD ne sont pas en reste sur l’utilisation de ces produits. Les cultures sous PGR pouvant être intéressant en raison de leur rentabilité élevée et de leur faible coût d’exploitation.

D’ailleurs, même en Australie la situation était devenue désastreuse, les rues du pays étant complètement saturées de cannabis au PGR il y a quelques années dû à la prohibition et l’expansion du trafic de cannabis underground.

Les PGR: c'est quoi?

Vos buds sont dures? Peut-être sont-ils couverts de poils bruns laids? Peut-être que vos fleurs ont peu ou pas beaucoup d’odeur? Si cela vous semble familier, il est probable que vous soyez en possession d’une weed cultivée avec des régulateurs de croissance qui peuvent parfois être toxiques.

Les PGR sont généralement utilisés pour engraisser les têtes, augmentant ainsi leur poids. Ce ne serait pas si dérangeant si fumer du PGR n’aspirait pas les cannabinoïdes et les terpènes (le must) du cannabis, et avait des conséquences profondément néfastes sur la santé à long terme…

photo régulateur de croissance des plantes chimique PGR article kanazenda

CYCO A+B – un régulateur de croissance des plantes (PGR) toxique.

Alors, les PGR sont-ils mauvais? La réponse est un OUI retentissant – enfin… la plupart du temps sur les régulateurs chimiques Il existe quand même des Régulateurs Organiques de Croissance qui n’induisent pas chimiquement la reproduction cellulaire de la même manière.

Les régulateurs naturels de croissance des plantes fournissent aux plantes un apport supplémentaire d’auxines et de cytokinines . En tant que tels, ils ne sont pas toxiques ou nuisibles au bien-être humain, dans l’ensemble. Des exemples de PGR non toxiques comprennent les algues, l’extrait de varech, l’extrait de guano de chauve-souris, l’extrait de luzerne par exemple.

Les régulateurs de croissance les plus toxiques

Le paclobutrazol (PBZ), le daminozide (alias Alar) et le chlorure de chlorméquat sont tous des régulateurs / retardateurs de croissance synthétiques bien connus. Chacun est utilisé dans les cultures de cannabis depuis des décennies par des growers du monde entier.

Parmit ces régulateur on retrouve notamment le paclobutrazol (PBZ) qui est un retardateur de croissance des plantes . Il agit également comme antagoniste de l’acide gibbérellique .

En effet, le PBZ se lie aux enzymes essentielles lié au processus de culture du cannabis. Le paclobutrazole inhibe l’enzyme terpène synthase, provoquant un goulot d’étranglement dans la voie de synthèse des terpènes et dans la voie de la synthase des molécules de THC.

 

Molécule de Paclobutrazole (PBZ).

 

C’est pourquoi le Paclobutrazol réduit considérablement la capacité d’une plante de chanvre à produire du THC et d’autres molécules responsables de l’effet d’entourage tant prisé dans les produits au CBD notamment.

Le PBZ réduit également la capacité d’une plante de cannabis à produire des terpènes, ces composés qui produisent une grande diversité d’odeurs et de goûts.

L’herbe cultivée avec du PBZ n’est pas seulement visuellement moins appétissante que d’habitude, elle est également moins psychoactive et n’a pas les puissantes odeurs de têtes cultivées sans PGR chimiques.

Le paclobutrazol provoque la division sans fin des cellules végétales plutôt que leur allongement. En conséquence, les cellules sont rapprochées les unes des autres, les fleurs laissant moins d’espace entre les calices. Les plants traités avec du PBZ sont souvent durs comme la pierre, couverts de poils rouges épais et emmêlés, sans presque aucun trichome cristallisé perceptible.

Cela dit, il est important de noter que la densité seule n’est pas nécessairement une garantie d’utilisation de PGR. Certaines variétés peuvent être naturellement assez denses, contenir une abondance de pistils avec de fortes concentrations de terpènes et de cannabinoïdes psychoactifs sans pour autant être cultivées sous PGR

À savoir: La combustion du paclobutrazole provoque la décomposition de l’élément en nitrosamines, l’un des composants les plus cancérigènes des cigarettes et responsable de cancers du foie et de problèmes de stérilité chez les hommes.

Identifier les fleurs au PGR

Pour essayer d’identifier des fleurs cultivées au PGR, vous pouvez observer si vos buds sont durs comme de la pierre, avec des tiges inhabituellement épaisses, des couleurs ternes et des feuilles sèches. Vu que les PGR stimulent la croissance des calices et accélèrent la maturation des pistils, sans leur laisser le temps de gonfler et de produire des trichome, Les fleurs sous PGR posséderont un manque visible de trichomes – le ‘pollen’ cristallisé du cannabis et seront également couverts de poils brun rougeâtre .

Souvent, l’herbe PGR semble « spongieuse ». Cela est généralement dû à un mauvais séchage et d’un mauvais curring. Si les têtes sont trop serrées, le processus de séchage échouera.

Un autre signe révélateur d’une fleur PGR est un manque d’odeur distinct. Si votre weed n’est pas folle à l’odeur, c’est peu être un signe que quelque chose ne va pas!

Exemples de fleurs cultivées sous PGR

fleur sous PGR
Ceci est un exemple assez classique en ce qui concerne l’herbe PGR. Les buds ont une couleur très sombre, les poils sont bruns et denses. Il n’y a pratiquement pas de trichomes visibles. Un aspect peu attrayant visible au premier coup d’œil.

fleurs avec et sans pgrVoici un exemple de cannabis cultivé avec et sans régulateurs de croissance. La différence est assez flagrante!

En haut, les fleurs sous PGR sont remplies de pistils rougeâtres, la couleur est grisâtre et ne donne clairement pas envie. Notez qu’aucune trace de trichomes n’est visible. On est clairement sous une culture PGR.

En bas, les fleurs ont une belle couleur et on perçois facilement des trichomes. Celles-ci ne sont clairement pas cultivées sur PGR.

fleur sous PGR avec moisissuresCouvert de poils bruns et dominée par des tiges épaisses, c’est un exemple flagrant de weed PGR.

Pour couronner le tout, la poudre blanche, jaune et noire qui présente sur les buds n’est pas une sorte de trichome: c’est littéralement de la moisissure . Si jamais vous avez à faire à des fleurs qui ressemble à cette image, jetez-les immédiatement et ne les consommez pas!! Votre santé vous dira merci..

Finissons cette section sur une note plus positive.

En supposant que tout ce que vous saviez sur les PGR était ce que nous vous avons dit jusqu’à présent, il ne serait pas déraisonnable de supposer que ce bourgeon a quelques caractéristiques de type PGR.. il y a beaucoup de pistils orange par exemple!

Dans ce cas, cependant, il est relativement facile de faire la distinction entre ce spécimen et l’herbe PGR.

Tout d’abord, les couleurs de ce cannabis sont tout sauf ternes et sombres. De plus, quand vous regardez attentivement, il y a des trichomes visibles partout sur la tête et ses feuilles. De plus, le bud n’est pas si dense. Ce que nous avons ici est donc un exemple de bonne weed.

Si vous tombez sur quelque chose comme ça, il y a de fortes chances que ça soit une fleurs de haute qualité.

Vous avez aimé cet article? Remerciez-nous en nous payant un crypto-café avec Brave et en nous laissant votre avis en commentaire.

Partager cet article:

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me
Instagram
LinkedIn
Share

Abonnez-vous à nos newsletters, c'est gratuit!

Lire aussi

Parlons Canna – Lutter pour faire disparaître le sentiment d’injustice (ep: 62)

CBD: la vente de feuilles et fleurs de CBD autorisée par le Conseil d’État

CBD Cup 2023, où et quand se déroulera t-elle?

CBD vs THC: Comparaison des deux principaux cannabinoïdes

De nouvelles batteries écologique grâce au chanvre, est-ce possible?

PGR: c’est quoi? Est-ce dangereux?

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon espace

S'inscrire

Réinitialiser le mot de passe

Veuillez entrer votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail, vous recevrez un lien pour créer un nouveau mot de passe par e-mail.